1 Vues

Les efforts de l’Etat et des partenaires ont permis une évolution timide du taux d’achèvement aux deux niveaux d’enseignement. Il importe de préciser que cette évolution est plus significative au post-primaire. En effet, entre 2016 et 2018, elle est de 11,4 points de pourcentage.

Au regard du tableau ci-dessus, des efforts doivent être davantage déployés pour l’atteinte de la cible de 100%.

Les statistiques cachent une disparité de l’évolution entre villes et campagnes en matière d’éducation et de taux d’achèvement.

En outre, si l’on considère la marge de progression depuis 2015, l’on se rend à l’évidence que cet engagement ne pourra pas être atteint à l’horizon 2020 comme promis. Malgré la progression significative constatée au post-primaire, l’écart reste encore très grand (près de 60% à réaliser en 2 ans) et montre que l’engagement du Président du Faso ne pourra pas être atteint. Ce sera aussi le cas pour le primaire dont l’écart s’évalue encore à plus de 37% pour atteindre le taux d’achèvement de 100%.

Par ailleurs, l’insécurité grandissante dans des localités du Burkina Faso ont engendré surtout dans les parties Nord et Est du pays, des écoles saccagés, incendiés et bien entendu fermées par suite des menaces. Cette situation vient ainsi aggraver les choses et renvoyer aux calendes grecques les efforts de parvenir à l’éducation universelle des enfants burkinabè, encore moins d’atteindre le taux d’achèvement de 100%.

Engagement en cours de réalisation
Date de l'évaluation : 03-2019