175 Vues

Le Plan de développement économique et social (PNDES) a repris cet engagement. La Déclaration de politique générale du Premier Ministre du 18 février 2019 traite également des soins d’urgence.

La gratuité de la prise en charge s’est étendue au dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus et au traitement des lésions précancéreuses du col de l’utérus par cryothérapie.

La gratuité des soins d’urgence n’est pas encore effective en raison de la faiblesse du système sanitaire et surtout des moyens mis à la disposition du secteur. Le mercredi 15 mai 2019, le conseil des ministres a adopté un décret portant approbation des statuts particuliers de l’Agence nationale de gestion des soins de santé primaires (AGSP). L’adoption de ce décret permet à l’AGSP de se conformer aux dispositions de la loi n°010-2013/AN du 30 avril 2013 portant règles de création des catégories d’établissements publics et du décret n°2014-615/PRES/PM/MEF/MS du 24 juillet 2014 portant statut général des établissements publics de santé.

Concernant les soins offerts aux femmes pendant la grossesse, l’accouchement et le post partum, le dépistage et le traitement des lésions précancéreuses du col de l’utérus, la prise en charge des fistules obstétricales et l’examen des seins. Ces soins sont aussi bien préventifs, diagnostics que curatifs à tous les niveaux de soins.

  • En 2019, le taux de décès dus à la tuberculose est de 9,8% contre 7,8% en 2018.
  • Cette hausse du taux pourrait s’expliquer par le recours tardif de la population aux services de santé pour une meilleure prise en charge des cas de tuberculose, la fermeture de certaines FS causée par l’insécurité entrainant le déplacement des populations.
  • Au total, 1 865 cas de méningite ont été notifiés en 2019 et 263 cas confirmés positifs avec une létalité de 7,0% contre 6,9% en 2018.
  • Cette létalité est en baisse depuis 2016. Au cours de l’année 2019, ce sont les régions de l’Est et du Sud-ouest qui ont enregistré le plus de cas (alerte) ayant conduit à une campagne réactive dans le district sanitaire de Diapaga. 

Il y a aussi un grave problème pour la disponibilité et le fonctionnement des plateaux techniques dans les CMA et surtout les CHR et CHU.

La mise en place de l’AMU devrait intégrer cette question des soins d’urgence. Toutefois, pour une mise en œuvre efficace, il est impératif que le plateau technique, les ressources humaines et les infrastructures sanitaires nécessaires soient mis en norme et que la maintenance du matériel soit plus rigoureuse.

Engagement en cours de réalisation
Date de l'évaluation : 05-2020