Présidium lors de la cérémonie d'ouverture

Du 10 au 12 Mai 2022, s'est tenu à Bobo-Dioulasso, un atelier d'échanges des parties prénantes dans la mise en oeuvre de la politique d'Assurance Maladie Universelle (AMU) au Burkina Faso.

L’atelier a débuté par une cérémonie d’ouverture présidée par le Ministère en charge de la protection sociale marquée par des allocutions. La première intervenante fut celle de Madame la Directrice Pays de l’ONG DIAKONIA. Elle a fait la genèse du Programme de renforcement de l’engagement citoyen et de la responsabilité des gouvernants dans la mise en œuvre de l’Assurance Maladie Universelle(AMU) et a ensuite souhaité la bienvenue avant d’encourager les différents participants à plus de franchise dans les débats pour une mise en œuvre efficace et efficiente de l’AMU. A l’issue de l’intervention de la Directrice Pays de DIAKONIA c’est Monsieur le Conseiller Technique du Ministre en charge de la protection sociale qui a pris la parole pour donner le top départ de la tenue de l’atelier. Dans son intervention, il a remercié DIAKONIA et son partenaire William and Flora Hewlett Fondation ainsi que les parties prenantes du programme pour leur dévouement à accompagner les gouvernants dans cette phase d’implémentation de l’AMU.

Depuis 2020, l’ONG DIAKONIA met en œuvre un programme de suivi citoyen de la mise en œuvre de la politique du Régime d’Assurance Maladie au Burkina Faso. Ce programme qui vise à assurer la communication autour de l’Assurance Maladie Universelle (AMU) est exécuté par quatre partenaires, organisations de la société civile à travers les quatre régions pilotes de l’opérationnalisation de l’AMU.

Environs trois ans après la mise en œuvre des activités du projet, des difficultés persistent qui ne facilitent pas l’accès des populations vulnérables aux services de santé.

Dans l’optique de discuter sur les goulots d’étranglement qui entravent la mise en œuvre efficace de l’AMU au Burkina Faso, l’ONG DIAKONIA a organisé du 10 au 12 mai 2022, un atelier d’échanges des parties prenantes. Cet atelier qui a regroupé les structures de mise en œuvre à savoir ASMADE, ASES, RAME et SOS JD, les structures publiques de mise en œuvre de l’AMU à savoir le Ministère en charge de la protection sociale et la CNAMU, les structures sanitaires, les Organismes de gestion déléguée, les COGES et les cellules de veille a été un véritable cadre de dialogue direct entre les acteurs en vue de trouver des solutions pour une mise en œuvre efficace de l’AMU au Burkina Faso.

L'atelier a été ponctuée par des communications.

Mme Pouya de DIAKONIA en séance de présentation

La première communication a été livrée par Mme Madeleine POUYA, chargé de programme de l’ONG DIAKONIA.

Sa présentation a porté sur le contexte et les objectifs du programme ainsi que les théories de changement y relatives. Après cette communication les questions d’éclairage ont permis de renforcer les connaissances des participants sur les stratégies de DIAKONIA en matière de communication et de meilleures pratiques en terme veille (présimètre, Chrono citoyen) dans la mise en œuvre de l’AMU. Il a été recommandé d’insérer les difficultés déjà constatées afin de permettre la capitalisation des meilleures pratiques.

La deuxième communication de la journée fut celle de l’ONG SOS JD et a porté sur le bilan annuel 2021 des activités réalisées dans le cadre du projet. En rappel, SOS JD intervient dans la région de la Boucle du Mouhoun. Ainsi, la chargée de Projet a fait ressortir le contexte, les objectifs, les résultats attendus, la stratégie de mise en œuvre. En termes d’acquis nous avons pu retenir que SOS JD est en phase de remporter le pari de l’efficacité dans la mise en œuvre de son projet. Des acquis comme l’acceptation du projet, de la logique d’intervention, la présence de comité régional de veille, ainsi que 4 comités communaux de veille sont à enregistrer parmi tant d’autres. Malgré cette situation, des défis restent à relever afin d’espérer une efficience dans la mise en œuvre du projet.

Après la restitution par la chargée de projet, les échanges des participants ont porté sur les aspects suivants :

  • Information et implication de la CNAMU pour les actions de communication afin de bénéficier parfois d’appui technique nécessaire à la qualité des actions terrains
  • Nécessité d’impliquer permanemment les structures pilotes de l’AMU (Mutuelle, Direction régionale) afin de réussir la mobilisation sociale et l’adhésion communautaire et d’espérer
  • la synergie d’actions.

Œuvrer à l’implication effective de tous les agents de santé dans les centres de santé afin de garantir le respect du droit à la santé des détenteurs de droits. Les représentants de SOS Jeunesse et défis ont par la suite illustrer les actions de synergie d’action à travers le recours permanent à la CNAMU pour des actions phares de communication, de même que des actions de renforcement de capacité…

Face à la difficulté d’implication des agents de santé liée à leur mobilité et la forte exigence de ce groupe cible pour leurs prises en charge financière, une des réflexions est d’instaurer les mécanismes de prise en charge et de mise en œuvre de l’AMU dans les curricula lors de la formation initiale des Agents de santé.

La troisième communication a été celle du Réseau Accès aux Médicaments Essentiels (RAME). C’est Monsieur Hamidou OUEDROGO, Directeur Exécutif du RAME qui a assuré la présentation du bilan annuel des réalisations du projet.

Promotion de la transparence et de la redevabilité dans la mise en œuvre de l’AMU dans la région des Hauts-Bassins est le thème du projet mise en œuvre par le RAME.

Le Directeur Exécutif du RAME après avoir présenté le RAME, a donné les objectifs du projet qui sont entre autres :

  • Produire des évidences citoyennes sur l’état de mise en œuvre de l’AMU ;
  • Développer une campagne de communication sur l’AMU ;
  • Développer une veille citoyenne sur les prestations des services de santé.

Par ailleurs, le communicateur s’est appesanti sur les activités réalisées, les difficultés rencontrées et les défis et perspectives.

Concernant les activités réalisées par le RAME on retient la mise en place des Cellules Citoyennes de Veille Sanitaire (CCVS), les collectes trimestrielles des dysfonctionnements et des bonnes pratiques, les renforcements des capacités, les sensibilisations des bénéficiaires sur leurs droits et devoir et des actions de plaidoyers auprès des autorités.

Globalement on retient de sa communication, le démarrage effectif de l'AMU dans les formations sanitaires, l'effectivité de l'accompagnement des mutuelles de santé, la disponibilité des cartes pour plusieurs bénéficiaires, une bonne appréciation du temps d'attente dans les formations sanitaires et une bonne disponibilité des médicaments constatés au quatrième trimestre 2021.

Toutefois des dysfonctionnements ont été constatés. Il s'agit entre autres de la faible connaissance de l'AMU par des responsables des formations sanitaires, la faible implication des districts sanitaires jusqu'au deuxième trimestre et la méconnaissance des bénéficiaires sur le paquet de soins offert par l'AMU.

Après la présentation du RAME, une phase de discussions a été ouverte. Les participants ont posé des questions d’une part et des suggestions d’autre part. Ce fut un véritable cadre d’échanges franches les participants pour situer les responsabilités de chaque acteur afin de corriger les dysfonctionnements relevés par les rapports.

La dernière présentation de la journée a été faite par ASMADE. Cette présentation a permis de faire connaissance d’ASMADE et des actions multiples et son expertise en matière de veille. La communication a permis de reconnaitre l’effectivité des progrès dans les zones d’interventions à travers la mise en place   des comités communaux de veille et des comités locaux de veille.

Après cette communication le rôle d’ASMADE en tant que structure de veille, Organisme de Gestion Délégué et structure   d’accompagnement des Mutuelles de santé a retenu l’attention des participants qui évoquent le risque d’un conflit d’intérêt car il parfois difficile d’être juge et parti. Les participants dans leur analyse ont demandé une clarification de cette situation et de poursuivre la réflexion afin que cette situation soit clarifiée pour une efficience dans la veille.

 

                                                                                                                                         Le Chargé du Projet

 

                                                                                                                                         Abdoul Karim GNESSI

Activer partage

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Vous pouvez aligner les images (data-align="center"), mais également les vidéos, citations, etc.
  • Vous pouvez légender les images (data-align="center"), mais également les vidéos, citations, etc.
Date publication